Sans titre (forêt)

tirage fine art
contrecollé sur dibond
123 x 133 cm
2009

Je recherchais une végétation dense, un mur de verdure, un all over de feuillage pour que cette image fasse obstacle au regard et devienne ainsi un écran de projection de nos peurs, nos fantasmes. Le regard ne peut pas traverser au-delà, alors on compense, on imagine, on se projette. La forêt est un lieu chargé : imaginaire, mémoire collective, légendes. On se trouve alors au seuil de quelque chose d’autre.